robe

Réglisse zestée

Fin septembre, je suis invitée au mariage de ma cousine à Tahiti. Une parfaite occasion pour prendre le temps de me coudre une petite robe durant l’été. Au départ je pensais devoir porter du rouge (#teamtchingtchong), finalement aucune obligation de couleur, et je me retrouve encore avec un vêtement bleu (#teammichou).

reglisse1

Mon idée initiale était de me refaire un combo de la gagne Chardon + Inari, en utilisant le même tissu en haut et en bas. J’ai trouvé un chouette tissu léger et pas transparent chez Stoff und Stil, un brin tropical mais pas too much, parfait pour l’occasion. Et pour pimper le tout, j’ai pris un biais presque fluo pour border la jupe en apportant une petite touche piquante. Le tissu étant assez fluide, j’étais assez incertaine du résultat final en jupe Chardon, que je préfère avec un peu de volume et un tissu un peu plus rigide.

reglisse3

J’ai quand même passé en revue les différentes options de robes disponibles sur le marché, mais aucune ne m’a vraiment convaincue. Je cherchais un modèle plutôt léger, avec une encolure de préférence dégagée (il va faire chaud), pas de manche, et suffisament chicos mais pas trop non plus (ça va c’est pas le jubilé de la Reine Mère).

reglisse4

J’étais en train de positionner mes pièces du patron Inari sur le tissu pour le tracer, quand soudain, une révélation ! Je vais coudre une robe Réglisse de Deer and Doe, dans ma wishlist depuis déjà fort longtemps. Ni une ni deux, je commande le patron, qui sera livré à la vitesse de l’éclair, comme d’habitude. Autant la version avec le col lavalière ne me branche pas plus que ça, il fait un peu trop écolière japonaise à mon goût ; la version B, quant à elle, me plaît beaucoup.

reglisse9

Cette fois, j’ai pris le temps (et la peine) de me coudre une toile (juste pour le corsage). Je me doutais que j’allais devoir faire un SBA (réduction pour petite poitrine), comme pour ma Sureau de la même marque. J’ai donc suivi religieusement les instructions du Réglisse Sew Along et ai réduit la profondeur du demi-corsage de 3 cm (chevauchement des pièces sur 1,5 cm). J’ai également réduit l’encolure en suivant les instructions d’Ivanne et enlevé 1 cm. Je me suis retrouvée avec un papier qui ne ressemblait plus à rien.

reglisse0

J’aurais dû également abaisser les pinces poitrine, car sur ma robe finie elles sont trop hautes d’au moins 3 cm. J’y penserai pour la prochaine (haha).

reglisse2

Comme je disais, le tissu est super fluide. De plus, coupé dans le biais, ça ne facilite pas les choses. N’ayant pas le courage de sortir la surjeteuse que je ne maîtrise pas encore et de m’attabler à une série d’essais pour trouver les réglages adéquats, j’essaye d’utiliser au maximum le potentiel de ma machine à coudre. Grand bien m’en a pris, j’ai fait quelques découvertes intéressantes.

reglisse00

Pour surfiler les bords, le point zig-zag n’était pas un bon choix, le rendu était très baclé, le tissu avait tendance à se plisser et ça formait un petit boudin sur le bord. Bref pas la meilleure solution donc. J’ai alors découvert le point de surjet (et son pied adapté), qui normalement est fait pour coudre et surfiler 2 épaisseurs (ou plus) de tissu en même temps ; c’était le point parfait pour stabiliser mon tissu fluide en le surfilant, parfait ! Certes, ça prend plus de temps mais ça vaut largement le coup.

reglisse6

J’ai aussi découvert que je pouvais coudre les boutons avec le point zig-zag. Et c’est top ! Du temps de gagné, et une finition bien plus jolie !

reglisse8

A part ça, tout s’est passé comme sur des roulettes ! Les explications sont au top, la construction est plutôt simple même si elle nécessite une certaine délicatesse. Bon, la jupe cercle, c’est long, c’est très long… Ça en fait du biais à épingler ! A ce sujet, d’ailleurs, je trouve que le biais alourdit un peu la jupe et rigidifie son tombé. Ce n’est plus tout à fait la jupe fluide et virevoltante des derniers essais avant ourlet. J’avais hésité tout de même à ne pas mettre de biais et faire un simple ourlet, mais sur une si longue distance, c’est toujours un exercice un peu casse-cou (et -bonbon) et je tenais absolument à mon biais fluo pimpant (que j’ai utilisé aussi pour l’encolure).

reglisse5

La robe est un poil courte quand même… Il faudra que je fasse attention si je veux ramasser un truc par terre par exemple, je devrai employer la bonne vieille technique du déménageur : on plie les genoux et on garde le dos droit !

reglisse7

Je suis très satisfaite et fière de mon projet, je me suis bien appliquée et je suis très contente du résultat. Pas de bidouillage, d’à-peu-près ou autres tours de passe-passe-ni-vu-ni-connu-hop-jtembrouille. Ça m’a pris quelques soirées, quelques heures par ci par là. Encore plus slow que la slow-fashion : la slow-couture. Ça m’a fait un bien fou de m’y remettre pour des projets autres que des turbulettes et autres couvertures, du coup j’ai plein d’idées en tête, mais évidemment je n’en ferai pas le quart… Il me reste 60 cm de ce joli tissu, j’en fais quoi maintenant ?

Patron : Réglisse de Deer & Doe Tissu : coton et biais chez Stoffundsil.de, boutons nacrés chez Stoffe.de

Powered by : Arcade Fire

Publicités

Inari au Mexique

En été 2010, alors que tous les avions étaient cloués au sol pour cause de volcan islandais voulant faire son intéressant, mon pote Seb (plus doué en photo qu’en couture, allez donc voir ses photos du Groenland à la Maison des Arts de Créteil en janvier 2016 – ou à Santa Fe cet été) et moi avons décidé de prendre plutôt la route pour les vacances et nous avons donc planifié un road trip en Europe du Nord. Nous sommes partis de Paris pour 2 semaines de route, et nous sommes passés par le nord de l’Allemagne, le nord du Danemark, avons remonté la Suède par les forêts, fait un petit crochet en Laponie norvégienne, sommes redescendus en Finlande par les petites villes de province, avons pris le ferry pour Åland puis pour la Suède, rejoint le Danemark par les ponts, et sommes rentrés sur Paris, en ayant comptabilisé 8200 km de route, 400 km de ferry, et 30 km de vélo. C’était un road trip de toute beauté !

inari alexander henry

Lire la suite

T’es chic Monique !

D’aucuns diront que je devrais présenter mes excuses pour ce titre foireux, mais j’assume à fond. Ça n’aurait aucun sens de publier un article tout en s’excusant de son contenu. Donc ouais, Monique, elle est chic. Ce patron pochette de République du Chiffon n’a pas été un coup de coeur immédiat, je le trouvais bien trop 70′ tropicalism à mon goût et à mon dressing, pourtant je trouvais la version proposée sur la boutique absolument superbe. Et puis j’ai commencé à voir des modèles en tissus plus graphiques, et puis quand même ces manches sont carrément canons !! Sur un coup de tête j’ai donc demandé à un ami qui venait nous rendre visite de me prendre une pochette chez Anna Ka Bazaar.

robe monique

Lire la suite

Georgina, queen of the débrouille

Ouhlà ça fait un bail. C’est que j’ai recommencé à bosser, forcément ça me laisse 40 heures de moins par semaine pour coudre et dormir. Et puis je me suis lancée dans l’aventure de la Veste H du Dressing Chic qui m’a fait vivre des misères tout du long. Maintenant, pour la finir, je dois faire toute une couture à la main. L’horreur. Du coup ça fait des semaines qu’elle attend son heure dans le dressing. Je me suis donc lancée dans une autre couture pour me changer les idées. (Oui, je sais, j’aurais pu donner un coup de fer à repasser avant ma séance photo. Tant pis hein.)

robe georgina

Lire la suite

Sureau fleurie

Et voici la petite dernière. J’ai reçu le patron de la robe Sureau de Deer & Doe (oui encore) il y a quelques semaines ; j’ai longtemps hésité avant de le commander, je n’étais pas sûre que la coupe me plaise vraiment. Finalement j’ai vu tellement de jolies versions sur le net que j’ai craqué, et j’ai bien fait ! J’ai acheté ce coton un peu épais chez Frau Tulpe à Hambourg ; à la base j’étais partie pour choisir un coton plus fin et plutôt uni et estival, et celui-ci m’a tapé dans l’oeil (aïe). Et comme je voulais faire les choses bien, je suis aussi repartie avec de quoi faire une toile (c’est à dire un « brouillon » cousu dans un tissu peu cher).

robe sureau

Lire la suite

Robe kimono (Dressing chic)

Pour Noël je me suis offert le livre Dressing Chic, après avoir vu de nombreuses réalisations sur le net. J’ai commencé par me lancer dans la robe kimono, présentée dans le livre avec un tissu moche comme tout, avec des chiens moches et des couleurs moches. J’ai utilisé un tissu rapporté de Tahiti où je venais de passer des vacances chez ma famille. Là-bas les tissus sont presque 2 fois moins chers qu’en France ou qu’en Allemagne, allez comprendre, tout est normalement bien plus cher. J’ai aussi fait quelques réserves de tissus à fleurs genre chemises Magnum.

robe kimono dressing chic

Lire la suite